lundi, mars 14, 2011

appel à la solidarité (en forme de coup de gueule)


En Lybie, les insurgés appellent à l'aide la communauté internationale.
Pour ceux qui n'auraient pas compris ou voulu comprendre ce sos, voilà ce que cela veut dire: ils ont besoin d'armes, avant d'aide humanitaire; et ce, afin de pouvoir tenir et renverser le pouvoir de Kadhafi.Pour ce qui est de l'humanitaire... les ONG et notamment la Croix rouge y sont déjà.
Ils ne veulent plus non plus de nos condamnations verbales et nos paroles en l'air.
Ils ont besoin de munitions, d'artillerie lourde, de renfort en hommes très certainement.
En voyant cette inaction, je repense au pacte de non intervention signé en 1936 lors de la guerre d'Espagne...
Alors quoi, on fait de même? On reste bien tranquille chez soi? On crie que de telles horreurs ne peuvent arriver et on compte les civils qui tombent?
Lui a ses mercenaires, ses soldats fidèles et ses armes vendus par nos gouvernements qui le condamnent à présent.
Hypocrisie que la diplomatie...
Pourtant, lorsqu'il s'agit d'intervenir dans des pays où la population n'a rien demandé, là nos gouvernements sont les premiers.
Pourtant, lorsqu'il s'agit d'intervenir et renverser des gouvernements élus démocratiquement, ils n'hésitent pas à envoyer des hommes sur-entraînés.
Belle hypocrisie que nos démocraties. Belle hypocrisie que nos citoyens.
Chacun d'entre nous dénonçons, montrons du doigt les agissement du dictateur Lybien et de nos dirigeants... Mais combien d'entre nous sont près à s'engager volontairement auprès des insurgés?
Cela veut dire se rendre en Lybie. Cela veut dire tout quitter et risquer sa vie. Cela veut dire apprendre sur le tas à manier des armes. Cela veut dire tuer pour ne pas être tuer. Cela veut dire avoir, peut-être pour une fois dans sa vie, des couilles.
Cela veut dire être solidaire avec un home , une femme, des hommes et des femmes, jusqu'alors totalement inconnus de nous. Cela veut dire surtout comprendre le mot fraternité. Cela veut dire être humain tout simplement.
Mais peut-être que ce pour quoi ils se battent, à savoir la liberté et la démocratie, ne veulent plus rien dire pour nous.
Preuve alors que nous gouvernements auraient réussi à nous faire oublier le sens de ces mots, grâce, notamment, à toutes leurs mesures de sécurité.
Qui viendra en aide alors à ces insurgés? La répression a dors et déjà commencé. Je ne peux m'imaginer ce qu'elle sera une fois qu'ils seront désarmés, sans défense, oubliés par nos médias pour un autre sujet à la mode, nos gouvernements qui reprendront sans doute les pourparlers avec Kadhafi (à moins qu'ils ne le bannissent mais pour mieux fermer les yeux sur ses actes), et nous-mêmes retournés à notre routine quotidienne....
Puisque tout est bon pour nous faire oublier ce qu'on ne veut pas voir et que nos cerveaux sont dors et déjà bien endormis....

nb: dernier rappel. Puisque nos gouvernements sont aussi responsables de cette dictature (en la maintenant, lui livrant des armes, accueillant ses représentants... Il est temps qu'ils payent leur dette au peuple lybien, et donc agir en l'aidant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire